L’ancienne tarification basée sur le statut des personnes (demandeurs d’emploi, seniors, …) ne permettait pas à toutes les personnes économiquement fragiles de prendre les transports en commun urbains.
Le SMTC considère la possibilité de se déplacer comme un droit fondamental.
Pour cette raison, au 1er juillet 2015, il a mis en place une modification majeure : les tarifs du réseau de transport en commun de l’agglomération clermontoise ne sont plus adossés sur le statut des personnes mais sur leurs ressources.

Le SMTC a donc décidé la création, dans sa grille tarifaire, d’un volet dit « tarification solidaire » qui prend en compte les ressources des personnes afin de permettre à l’ensemble des habitants de l’agglomération quels que soient leurs revenus, de pouvoir se déplacer librement. Cette logique plus équitable et plus juste s’applique au bénéficiaire mais également à l’ensemble des membres de la famille (les ayants-droits).

Au 20 octobre 2015, plus de 15 000 personnes avaient fait valoir leur droit à la tarification solidaire.
Ce chiffre devrait augmenter dans les semaines qui viennent : les étudiants n’ont pas encore tous effectué leur rentrée et le dispositif devrait être de plus en plus connu, le bouche à oreille et la communication aidant.

62% des abonnés solidaires se trouvent dans la tranche de réduction la plus importante (92% du plein tarif), 1/3 se trouve dans la tranche de réduction de 80%.
Cela répond à l’objectif du SMTC et des 23 communes du périmètre de transport urbain de soutenir financièrement la mobilité quotidienne des personnes les plus démunies.

Plus de 4000 nouvelles cartes modePass avec un tarif solidaire ont été établies ce qui correspond à l’objectif du SMTC de toucher de nouveaux usagers et de développer le transport public.

Nous comptons au total 37 800 abonnés, tous abonnements confondus, soit 3 500 de plus que l’an dernier.

De nombreux bénéficiaires ont également plébiscité la simplicité et la facilité de la procédure.

Ce dispositif est nouveau et fait l’objet de bilans réguliers.
Un comité de suivi composé du SMTC, de CCAS et d’associations se réunit régulièrement pour faire le point et travailler à des solutions d’ajustement.